Thursday, May 26, 2011

The Sweden Study Tour: an Emerging Leader’s Perspective/ Le voyage d’étude en Suède : le point de vue d’un leader montant






(Le texte français suit.)

Jennifer Duff

From May 1 – 6, Jennifer Duff, Operations Leader at Providence Health Care, joined 22 senior leaders on a study tour of the Swedish health care system. Jennifer is a young leader and participated on the tour as the recipient of the Emerging Health Leader Scholarship, sponsored by ARAMARK Healthcare.

Jennifer will be writing a report based on her experiences, which will be distributed nationally by the College, Emerging Health Leaders and ARAMARK Healthcare. We sat down with Jennifer to find out her initial thoughts on the study tour and to get an idea of what we can expect to see in her upcoming report.

Q: A key objective of the study tour is to help participants think about the Canadian health care system by reflecting it against the Swedish experience. With that in mind, did you experience any ah-ha moments during your trip?

A: I had several ‘ah-ha’ moments throughout the Tour. I hope to elaborate on them during my final report. On the first day, however, we visited the Swedish Association of Local Authorities and Regions (SALAR) and learned about Sweden’s National Quality Registries. More than a decade ago, the SALAR and the National Board of Health and Welfare in Sweden supported the development of the National Registries that contain individual-based data on problems or diagnoses, treatment interventions and outcomes that is compiled in a way to be analyzed from the unit-level to the National level. There are over 50 national quality registries in health care. It is the caregivers and primarily physicians who have developed the system, its contents, and the individual registries themselves. So not only do they have a National registry for the number of Swedish citizens requiring hernia or cataract surgery or who are being treated for colon cancer, for example, the data quality within the registries is sufficient for use in clinical research. It struck me that the National approach to data was instrumental in guiding quality care and nation-wide health care planning and management.

Q: What was one take-away that you felt that you could learn from, and maybe even implement in the short term within your own organization?

A: Similar to my ‘ah-ha’ moment regarding the National Registries, the tour was a great reminder to focus on data and quality improvement. Moreover, in my department, we recently implemented interdisciplinary rounds during morning report whereby physicians, midwives, nursing and other members of the care team ‘hand-over’ collectively rather than in silos. We had the opportunity to visit a maternity unit called Stockholm BB, which is a private or contracted service within the public Danderyd’s Hospital in Stockholm. I was impressed by their interdisciplinary report in the morning where ALL members of the team gathered including the cleaning staff and aides. They not only review the patients on the unit, they review safety issues, any outstanding patient complaints, and changes in practice, etc. It was a great model for interdisciplinary collaboration that I hope to implement some aspects into our morning and daily report.

Q: Tell me about your experience; as an emerging leader, what was it like to participate on this study tour at this point in your career?

A: It is hard to put into words what a remarkable experience it was for me to participate on this tour at this point in my career. In addition to the many learning’s from the Sweden health care system, the tour provided an opportunity for me to interact with senior leaders in Canada and in Sweden. Interacting and traveling with senior leaders for an entire week provided some great insight into what they place emphasis on, what questions they ask, and how they interact with other senior leaders. It felt like I had 20 mentors for a week, each with slightly different perspectives and experience. It will be great to see many of them again at the CCHL National Conference in June.

Q: You had the privilege of spending a good deal of time with some of Canada’s top leaders in the field. As a result, did you develop any new insights into the nature of leadership?

A: One of the key insights into the nature of leadership that I learned from some of Canada’s top leaders in healthcare was their willingness and eagerness to mentor. I can recall several moments throughout the Tour where one of the participants, many of whom where CEOs, VPs, Directors and /or leaders in industry, would stop and provide insight and on an issue to me. Whether it was a suggestion to read a book, questions to ask during an interview, or perspective on an issue that was being presented, the senior leaders were never too busy to provide advice in both the formal and informal settings. It really struck a chord with me that these leaders had great core values. They all placed emphasis on building good relationships and demonstrated the characteristics and values important to health care leadership. They collectively set a great example for me, as an emerging leader, to aspire to.

Q: In your opinion, what was the highlight of the Study Tour?

A: Everyday there was a new highlight. It would be impossible to mention just one. An aspect that made the Tour experience very special was the emphasis on networking with the Swedish counterparts throughout the week. There were special events organized for us almost every evening. We had dinner with delegates from the Stockholm County Council at the Graverska Huset, we visited the Canadian Embassy in Stockholm during a special reception for our Tour, and we met the Governor of Orebro at the famous Orebro Castle. Furthermore, when we got to Orebro on Wednesday, we shifted gears a little and focused on Sweden’s excellent network for primary care. The group from Orebro, mainly facilitated by Dr. Peter Baeckstrom, provided a great program emphasizing primary health care and featured the University Hospital in Orebro.

Q: What features of the Swedish health system most impressed you and why?

A: Quite a few things stood out and were impressive about the Swedish health system. Although it is not without its own challenges, some of the items that impressed me the most were the (1) the National Quality Registries – caregivers that have the greatest use for the data also have the main responsibility for developing the system and its contents, and the databases are spread out among different clinical departments throughout Sweden; (2) physician compensation is primarily salaried; (3) there is a large focus on primary health care and health promotion; (4) and lastly, the midwifery care and scope of practice was impressive. Midwives not only provide care in the acute environment, they provide essential primary health services in the community focusing on women’s and family health.

Another aspect that I have not highlighted yet is the county council structure. Sweden is divided into 290 municipalities and 20 counties. Each county council has considerable freedom in deciding how to plan and deliver health care medical care. Thus, variations, such as contracting with a private provider to provide services within the public system, exist. We had the opportunity to spend a day visiting private providers of healthcare – a maternity department and a psychiatric care department that enabled us to see how private/public partnerships can exist within a public health care system.

Q: I know you were looking forward to the Study Tour, in hopes that it would provide a more global and macro-level perspective on health care issues? Can you comment on any new perspectives that you may have as a result of the Tour?

A: Canada and Sweden share many similar values. We also share some commonalities in regards to the delivery of health care services and the Canada Health Act and the Swedish Health and Medical Services Act are harmoniously similar. What I think we can really learn from Sweden is their national approach to data and patient information. Imagine how much stronger our system in Canada could be if we could reach beyond each hospital, region, and health authority or local health integration network and think even provincially, let alone nationally for the health of Canadians?

Q: You’re working on a report that the College, Emerging Health Leaders and ARAMARK Healthcare will jointly promote across Canada. I understand that the report will be written from a young leader’s perspective. Can you give me a hint of what we can expect to see in your paper?

A: Well, I don’t want to give it away! I’ve touched on many things in this interview that excite me enough to write about. However, as a hint, I may elaborate on some of the “best” things about the Swedish health care system…with a twist. Of course, from a ‘millennial’ perspective!

Thank you again to ARAMARK, Emerging Leaders, and CCHL for one of the most remarkable leadership experiences of my life. I hope that it is just the start of many rich learning experiences in the future.

Sponsored by:





--------------------------------------------------------------------------------

Jennifer Duff
Du 1er au 6 mai, Jennifer Duff, chef des opérations à Providence Health Care, s’est jointe à 22 cadres supérieurs qui se sont rendus en Suède pour étudier le système de soins de santé de ce pays. Jennifer est une jeune leader qui a participé au voyage en tant que récipiendaire de la Bourse d’études pour leader montant commanditée par ARAMARK Soins de santé.

Jennifer rédigera un rapport sur cette expérience qui sera distribué à l’échelle nationale par le Collège, Emerging Health Leaders et ARAMARK Soins de santé. Nous nous sommes entretenus avec Jennifer pour découvrir quelles ont été ses premières impressions du voyage d’étude et pour nous faire une idée de ce que nous pouvons nous attendre à voir dans son rapport.

Q : Un objectif clé du voyage d’étude est d’aider les participants à réfléchir sur le système de soins de santé canadien en le comparant à l’expérience suédoise. Compte tenu de ce fait, est ce qu’il y a eu, pendant votre voyage, des moments où vous vous êtes dit « Ah ha! »?

R : Cela m’est venu à l’esprit plusieurs fois tout au long du voyage. J’espère parler plus longuement de ces moments dans mon rapport final. Toutefois, le premier jour, nous avons visité la Swedish Association of Local Authorities and Regions (SALAR), ou association suédoise des autorités et régions locales, où on nous a parlé des registres nationaux de la qualité de la Suède. Il y a plus d’une décennie, la SALAR et le Conseil national de la santé et du bien être de la Suède ont appuyé l’établissement de registres nationaux qui contiennent des données individuelles sur les problèmes ou diagnostics, les traitements ou interventions et leurs résultats. Ces registres sont organisés de manière à pouvoir être analysés à partir du niveau de l’individu jusqu’au niveau national. Il y a plus de 50 registres nationaux de la qualité en soins de santé. Ce sont les fournisseurs de soins, et surtout les médecins, qui ont élaboré le système, son contenu et les registres individuels mêmes. Alors, en plus d’avoir un registre national sur le nombre de citoyens suédois qui ont besoin d’une chirurgie d’une hernie ou de la cataracte ou qui reçoivent des traitements contre le cancer du côlon, par exemple, les données qu’on trouve dans les registres sont d’une qualité suffisante pour qu’on puisse les utiliser dans la recherche clinique. Ce qui m’a frappée, c’est que l’approche nationale de la collecte des données joue un rôle clé pour guider les initiatives en matière de qualité des soins et la planification et la gestion des soins de santé à l’échelle nationale.

Q : Est ce que vous avez retiré du voyage une idée qui pourrait vous être utile et que vous pourriez peut être même appliquer à court terme au sein de votre propre organisation?

R : Un peu comme dans le cas des registres nationaux, le voyage m’a rappelé à quel point il est important de se concentrer sur l’amélioration des données et de la qualité. De plus, dans mon service, nous avons instauré des rondes matinales interdisciplinaires pendant le compte-rendu du matin, durant lesquelles les médecins, les sages femmes, le personnel infirmier et d’autres membres de l’équipe de soins passent collectivement en revue l’état des patientes, plutôt que séparément. Nous avons eu l’occasion de visiter une maternité appelée Stockholm BB, qui est un service privé ou engagé par contrat dans l’hôpital public de Danderyd à Stockholm. J’ai été impressionnée par leur compte-rendu interdisciplinaire du matin pendant lequel TOUS les membres de l’équipe se sont réunis, y compris le personnel de l’entretien et les préposés. Ils ne passent pas seulement en revue l’état des patientes hospitalisées; ils examinent les questions de sécurité, toute plainte des patientes qui n’a pas été réglée, les changements des pratiques, etc. C’est un modèle de collaboration interdisciplinaire formidable dont j’espère intégrer certains aspects dans nos comptes-rendus matinaux et quotidiens.

Q : Parlez moi de votre expérience. En tant que leader montant, comment avez vous vécu cette participation à ce voyage d’étude à ce stade de votre carrière?

R : J’ai de la difficulté à trouver les mots pour décrire à quel point la participation à ce voyage d’étude à ce moment dans ma carrière a été une expérience remarquable. En plus des nombreuses leçons que j’ai tirées de ce survol du système de santé suédois, le voyage m’a donné une occasion d’interagir avec des cadres supérieurs du Canada et de la Suède. Interagir et voyager avec des cadres supérieurs pendant une semaine complète m’a donné un très bon aperçu des aspects sur lesquels ils insistent, des questions qu’ils posent et de la façon dont ils interagissent avec d’autres cadres supérieurs. J’ai eu l’impression d’avoir, pendant une semaine, 20 mentors ayant chacun une expérience et des points de vue légèrement différents. Ce sera merveilleux de revoir un grand nombre d’entre eux lors de la Conférence nationale sur le leadership dans les soins de santé en juin.

Q : Vous avez eu le privilège de passer beaucoup de temps avec quelques uns des plus grands leaders du Canada dans le domaine. Est ce que cela vous a permis d’apprendre de nouvelles choses sur la nature du leadership?

R : Une des principales choses que j’ai apprises sur la nature du leadership en passant tout ce temps avec quelques-uns des plus grands dirigeants du secteur canadien de la santé, c’est l’ardeur et l’empressement avec lesquels ils sont prêts à jouer le rôle de mentor. Je me souviens de plusieurs moments pendant le voyage où l’un des participants, dont bon nombre étaient des PDG, des vice présidents, des directeurs ou des chefs de file dans l’industrie, s’arrêtait pour me donner de l’information sur une question particulière. Qu’il s’agisse d’un livre qu’ils me suggéraient de lire, de questions qu’ils me proposaient de poser pendant une entrevue ou d’un point de vue sur une question qu’on nous présentait, les cadres supérieurs n’étaient jamais trop occupés pour me donner des conseils dans des contextes officiels et officieux. J’ai vraiment pu me rendre compte que ces leaders avaient d’excellentes valeurs de base. Ils accordaient tous beaucoup d’importance à l’établissement de bonnes relations et affichaient les caractéristiques et les valeurs qui sont importantes pour le leadership dans le secteur de la santé. Ils ont collectivement été un exemple formidable que je peux, en tant que leader montante, aspirer à suivre.

Q : À votre avis, quel a été le point saillant du voyage d’étude?

R : Il y a eu un nouveau point fort chaque jour. Ce serait impossible d’en mentionner un seul. Un aspect qui a fait de ce voyage d’étude une expérience très spéciale est l’importance qu’on a accordée aux échanges avec les homologues suédois tout au long de la semaine. Des événements spéciaux avaient été organisés pour nous presque chaque soir. Nous avons dîné avec des délégués du Conseil du comté de Stockholm au Graverska Huset, nous avons visité l’ambassade canadienne à Stockholm pendant une réception spéciale tenue pour les membres de notre groupe et nous avons rencontré le gouverneur d’Orebro au célèbre château d’Orebro. En plus, lorsque nous sommes arrivés à Orebro le mercredi, nous avons un peu changé de point de mire et nous nous sommes concentrés sur l’excellent réseau de soins primaires de la Suède. Le groupe d’Orebro, surtout animé par le Dr Peter Baeckstrom, nous a offert un excellent programme mettant l’accent sur les soins de santé primaires et axé sur l’Hôpital universitaire d’Orebro.

Q : Quels aspects du système de santé suédois vous ont le plus impressionnée, et pourquoi?

R : Plusieurs choses sont ressorties et m’ont impressionnée. Bien que le système de santé suédois ait lui aussi des problèmes, quelques uns des éléments qui m’ont le plus impressionnée sont (1) les registres nationaux sur la qualité (les fournisseurs de soins pour lesquels les données sont les plus utiles sont les principaux responsables du développement du système et de son contenu, et les bases de données sont réparties dans différents services cliniques partout en Suède); (2) le salaire est le principal élément de la rémunération des médecins; (3) on accorde beaucoup d’importance aux soins de santé primaires et à la promotion de la santé; (4) et enfin, les soins et l’ampleur de la pratique des sages femmes sont impressionnants. En plus de travailler dans les milieux de soins actifs, elles offrent dans la communauté des services de santé primaires essentiels principalement axés sur la santé des femmes et de la famille.

Un autre aspect que je n’ai pas encore mentionné est la structure de conseils de comté. La Suède est divisée en 290 municipalités et 20 comtés. Chaque conseil de comté jouit d’une liberté considérable pour prendre des décisions concernant la façon de planifier et de fournir les soins médicaux et de santé. Par conséquent, il existe des variantes, comme passer un contrat avec un fournisseur privé pour fournir des services dans le système de santé publique. Nous avons eu l’occasion de passer une journée à visiter des fournisseurs de soins privés, soit une maternité et un service de soins psychiatriques, ce qui nous a permis de voir comment les partenariats publics privés peuvent exister dans le système de santé publique.

Q : Je sais que vous aviez hâte de faire ce voyage d’étude dans l’espoir qu’il vous permettrait de voir les questions de soins de santé sous un angle plus global. Pouvez vous nous dire quelques mots sur les nouvelles perspectives que le voyage aurait pu vous donner?

R : Le Canada et la Suède ont de nombreuses valeurs semblables. Nous avons aussi des choses en commun en ce qui concerne la prestation des services de santé, et la Loi canadienne sur la santé et la loi suédoise sur les services médicaux et de santé sont très semblables. Je crois que l’aspect du modèle suédois dont nous pourrions réellement nous inspirer est son approche nationale de la collecte des données et de l’information sur les patients. Imaginez à quel point nous pourrions renforcer notre système au Canada si nous pouvions regarder au delà de chaque hôpital, région et régie de santé ou réseau local d’intégration des services de santé et faire de la planification à l’échelle provinciale, sans parler de l’échelle nationale, pour la santé des Canadiens.

Q : Vous rédigez actuellement un rapport que le Collège, Emerging Health Leaders et ARAMARK Soins de santé vont promouvoir conjointement partout au Canada. Si j’ai bien compris, ce rapport sera écrit du point de vue d’un leader montant. Pouvez vous me donner une idée de ce que nous pouvons nous attendre à voir dans votre rapport?

R : Eh bien, je ne veux pas tout révéler! J’ai effleuré plusieurs sujets pendant cette entrevue qui me passionnent suffisamment pour que je les inclue dans mon rapport. Toutefois, pour vous donner une idée, il se pourrait que je parle plus longuement de quelques uns des « meilleurs » aspects du système de soins de santé suédois, avec un petit quelque chose de mon cru. Bien sûr, d’un point de vue « millénaire »!

Merci encore à ARAMARK, Emerging Health Leaders et le CCLS de m’avoir donné l’occasion de vivre une des plus extraordinaires expériences de ma vie. J’espère que ce n’est que la première de nombreuses autres expériences d’apprentissage enrichissantes à venir.

Commandité par :

No comments:

Post a Comment