Thursday, May 30, 2013

Exercise is Medicine® initiative / L’initiative L’exercice : un médicament ®

(Le texte français suit.)


Health leaders continuously look for creative ways to make Canadians healthier and to ensure the most effective use of limited healthcare dollars. Exercise is Medicine® Canada (EIMC) is a new national movement to do just this.

Part of a global Exercise is Medicine initiative; the EIMC vision that “physical activity is an integral part of prevention and treatment of chronic disease in the Canadian health care system”, is based on evidence that physical activity reduces the risk of many chronic diseases in all age, gender, ethnicities and socioeconomic subgroups (cardiovascular, diabetes, many cancers, and others). For adults, these health benefits may be derived from as little as 150 minutes per week of moderate to vigorous physical activity with more activity providing more benefits. This amounts to 30 minutes of brisk walking or other physical activity 5 days per week. Unfortunately, further current evidence shows that 85% of Canadian adults to not meet these guidelines.

Given the importance most Canadians put on advice received from healthcare professionals, EIMC believes more can be done to address physical activity levels in the healthcare setting. As Dr. Bob Sallis, inaugural EIM Task Force Chair in the United States, and family physician at Kaiser Permanente writes, “What if there was one prescription that could prevent and treat dozens of diseases, such as diabetes, hypertension and obesity? Would you prescribe it to your patients? Certainly.

Imagine the possibilities for improved patient health outcomes if physical activity were considered a vital sign, a standard of medical care for optimal health management and seamlessly integrated into the medical record whether paper or electronic. Two simple questions are all that are required: How often are you involved in moderate to vigorous physical activity? For how long are you involved in each activity?

Many clinicians have limited time to counsel patients on physical activity and many do not feel they have the necessary expertise to do so. EIMC believes community based exercise professionals with expertise in motivation building and community resources are critical pieces of the puzzle that have yet to be brought into the healthcare fold. EIMC will develop tools and resources to assist physicians and other primary care providers to ask about, advise regarding physical activity and refer to exercise professionals as an integral part of the healthcare team.

Canadian health leaders are perfectly positioned to facilitate these changes in the administrative and clinical practices of their colleagues. For the health of our nation, Canadian health leaders can challenge their clinical colleagues to “Ask Every Patient Every Time”.

Visit www.exerciseismedicine.ca or email eimc@csep.ca to learn more on how you can impact the health of your communities of practice.

Susan Yungblut, BScPT, MBA
National Task Force Manager
Exercise Is Medicine Canada

 --------------------------------------------------------------------------------


Les leaders en santé cherchent continuellement des moyens novateurs d’améliorer la santé de la population canadienne et d’assurer l’utilisation la plus efficace des sommes limitées disponibles pour les soins de santé. L’exercice : un médicament® Canada (EMC) est un nouveau mouvement national qui a vu le jour précisément à cette fin.

« L’activité physique fait partie intégrante de la prévention et du traitement des maladies chroniques dans le système de santé canadien » est la vision de ce mouvement canadien faisant partie de l’initiative mondiale Exercise is Medicine, et elle se fonde sur une quantité considérable de données probantes indiquant que l’activité physique réduit le risque que présentent de nombreuses maladies chroniques (dont les maladies cardiovasculaires, le diabète, bon nombre de cancers et autres affections) dans tous les sous-groupes établis selon l’âge, le sexe, les origines ethniques et les caractéristiques socioéconomiques. Chez les adultes, aussi peu que 150 minutes par semaine d’activité physique d’intensité modérée à élevée suffisent pour obtenir ces effets bénéfiques pour la santé, et un degré d’activité plus élevé procure encore plus de bienfaits. Ce minimum représente 30 minutes de marche rapide ou d’une autre activité physique cinq jours par semaine. Malheureusement, d’autres données récentes montrent que 85 % des Canadiens n’atteignent pas ce niveau d’activité recommandé.

Étant donné l’importance que la plupart des Canadiens accordent aux conseils qu’ils reçoivent de leurs professionnels de la santé, les partisans d’EMC croient que le milieu des soins de santé pourrait prendre plus de mesures pour faire augmenter les niveaux d’activité physique. Comme l’a écrit le Dr Bob Sallis, président fondateur du groupe de travail de l’initiative Exercise is medicine aux États-Unis et médecin de famille à Kaiser Permanente, « Et s’il y avait une prescription qui pouvait faire en sorte de prévenir et de traiter des dizaines de maladies telles que le diabète, l’hypertension et l’obésité? La prescririez-vous à vos patients? Certainement. »

Imaginez à quel point il serait possible d’améliorer la santé des patients si l’activité physique était considérée comme un signe vital et une norme en matière de soins médicaux favorisant une gestion optimale de la santé, et si elle était tout bonnement intégrée dans le dossier médical papier ou électronique. Il s’agirait de poser deux questions toute simples : Selon quelle fréquence faites-vous de l’activité physique d’intensité modérée ou élevée? Quelle est la durée de chacune de ces périodes d’activité?

De nombreux cliniciens ont peu de temps pour conseiller leurs patients sur l’activité physique et bon nombre d’entre eux ne considèrent pas qu’ils ont les compétences nécessaires pour le faire. Les promoteurs d’EMC croient que les professionnels de l’exercice travaillant dans la collectivité qui sont spécialisés en motivation et qui connaissent les ressources communautaires sont des pièces maîtresses du casse-tête qui n’ont pas encore été intégrées dans le milieu des soins de santé. L’EMC va élaborer des outils et ressources pour aider les médecins et d’autres fournisseurs de soins primaires à poser des questions et à donner des conseils sur l’activité physique et à aiguiller leurs patients vers des professionnels de l’exercice qui seront considérés comme des parties intégrantes de l’équipe de soins de santé.

Les leaders en santé canadiens sont dans une position idéale pour faciliter ces changements des pratiques administratives et cliniques de leurs collègues. Au nom de la santé de notre nation, les leaders canadiens en santé peuvent mettre leurs collègues cliniciens au défi de « Poser la question chaque fois, à chaque patient ».

Visitez le site www.exerciseismedicine.ca ou envoyez un courriel à eimc@csep.ca pour mieux vous renseigner sur les moyens que vous pouvez prendre pour influer sur la santé de vos communautés de pratique.

Susan Yungblut, B.Sc. (physio.), M.B.A.
Directrice du groupe de travail national
L’exercice : un médicament Canada

No comments:

Post a Comment